02 855 233 42 contact@oniti.fr

L’agilité au service du développement sur-mesure : interview de Quentin de l’entreprise SIEMO

Nous avions rencontré Quentin Laneyrie il y a quelques mois, lorsqu’il avait partagé son témoignage concernant la journée d’étude proposée par ONITI 🌿 au démarrage de tous nos projets de développement de logiciels métiers. Nous le retrouvons aujourd’hui suite au développement d’un outil nommé OSIS, qui transforme les usages au sein de l’entreprise SIEMO, spécialisée dans l’isolation industrielle et la mise à disposition de moyens d’accès.

Comment s’est déroulée votre collaboration avec ONITI à la suite de la journée d’étude ?

On a commencé avec une feuille blanche ! Ce qui est bien, c’est que ça permet vraiment de faire ce que l’on a envie. Dans tous les métiers, il y a plein de logiciels et on achète les licences, mais c’est toujours un truc très cadré. C’est à nous de nous adapter à l’outil.

Ici, c’est vraiment l’outil qui s’adapte au métier, et non l’inverse.

Quels étaient vos besoins ? Quels ont été les développements spécifiques réalisés dans ce projet ?

Notre objectif était de concevoir un logiciel pour aider SIEMO à suivre ses activités.
Je l’ai nommé OSIS, Outil de Suivi des Interventions SIEMO.

Dans ce logiciel, on saisit les demandes de travaux. Sur le terrain, grâce à des tablettes, les chefs d’équipes vont pouvoir les suivre en temps réel. On enregistre tout au même endroit, ce qui facilite énormément notre travail.

Par exemple, lorsque SIEMO reçoit une demande d’installation d’échafaudages, les intervenants entrent les données, telles que les dates auxquelles il faudra les monter ainsi que toutes les interactions avec le client.
Le client peut d’ailleurs lui-même faire sa demande de dépose, directement dans le logiciel !

Quelle a été la méthode utilisée dans ce projet ? Qu’en pensez-vous ? Qu’en avez-vous retiré ?

On a utilisé une méthode à laquelle je n’étais pas habitué, la méthode agile, mais j’ai été relativement à l’aise. On faisait des points réguliers qui nous permettait de suivre l’avancée.

Comme l’idée de départ n’était pas figée, ça a permis de donner de la maturité au projet et au logiciel et de développer un outil plus axé sur le besoin. 

Le projet a donc pas mal évolué entre l’interview que nous avons réalisée et la V1. On a pu faire librement évoluer notre idée ; je faisais des propositions assez précises de ce que je voulais et ONITI nous a accompagnés et a aussi suggéré des idées. 

« ONITI a choisi de travailler selon la méthode agile qui permet de véritablement piloter un projet. Quand on achète au forfait, on ne peut rien changer, on fige le périmètre et le coût ainsi que le calendrier. La relation commerciale n’étant pas basée sur quelque chose de figé, on peut en changer sans problème. Ici, ce que nous avons proposé à SIEMO, c’est de se parler, de dessiner une première feuille de route. C’est un exercice indispensable pour la vision initiale, mais elle va ensuite vivre et évoluer. OSIS a pu se transformer en 5 mois avant même son entrée en production. On a eu le temps de s’adapter et de faire évoluer la vision. C’est un des bénéfices de la méthode agile, pas de résistance au changement dans la vie d’un projet »

David Bouché

CEO, Oniti

 « On a travaillé ensemble, on s’est engagé sur une vision commune et initiale du projet qui est forcément naïve et néanmoins nécessaire, car elle est à priori. On gagne ensuite en maturité en « faisant ». Les concepts et enjeux prennent corps et avec la maturité, on s’offre l’opportunité de changer d’avis, avec une richesse qu’on n’avait pas avant. On a pu modifier les priorités tout en continuant à avancer dans le projet. »

David Bouché

CEO, Oniti

Ce qui était bien, c’est qu’au fur et à mesure de ce que l’équipe nous présentait, la version test était modifiée. Nous n’avions pas zéro vision puis d’un coup un projet fini ; on a pu jouer avec le logiciel, suivre son évolution au fur et à mesure, grâce aux accès dont on disposait. Ça a permis de faire évoluer les besoins et nos idées. C’est une méthode vraiment pratique !

J’aime à penser que si on n’a pas eu de meilleure idée que la première, durant le développement du projet, c’est que la préparation du cahier des charges a échoué ! Au départ on a souvent que la vision abstraite de l’outil final. C’était le cas ici. Au départ, on avait priorisé la communication avec le logiciel RDE, mais il y avait un besoin plus fort à côté et on a pu s’adapter. »

David Bouché

CEO, Oniti

Que pouvez-vous dire sur les délais de réalisation du projet ?

Parfois, comme tout client, on aurait envie que le développement aille plus vite, mais on oublie que les fournisseurs ont d’autres clients que nous ! Ils ont des planifications sur leurs différents projets sur les mois à venir, mais il y a toujours eu une possibilité de mettre des coups de bourre pour avancer plus vite. On s’est fixé une échéance à fin mai et ils se sont organisés pour dédier du temps spécifiquement pour faire avancer SIEMO. Ça reste souple ! 

 

Ça a en fait pris 5 mois entre le passage de la commande, en fin d’année 2020, et obtenir quelque chose de bien ficelé fin mai. Ensuite, le projet va continuer, même sans moi, puisque j’ai récemment quitté mes fonctions. Il reste encore beaucoup de choses à développer.

Pouvez-vous partager votre avis sur les compétences et vos relations avec l’équipe ?

J’ai été satisfait de la prestation d’ONITI. Je trouve que le rendu est bien, même d’un point de vue esthétique ! C’est interactif, ça donne envie. Mon regret, c’est de ne pas avoir pu amener l’outil vraiment un peu plus loin, mais j’imagine que ce sera fait sans moi. 

L’équipe d’ONITI est vraiment à l’écoute. J’ai travaillé avec Marc et Nicolas. Ils font toujours des propositions.

Si on était sur blablacar, je dirais que je recommande ONITI pour un projet, même pour une PME. Ça fonctionne très bien, c’est sincère. (Il faudra quand même que David me paie un restaurant pour dire autant de choses sympathiques !)

 

C’est très bien, on a toujours eu de bonnes propositions, à la fois pertinentes et adaptées à notre besoin. Ce n’est pas le tout de proposer des solutions techniques, si elles sont trop complexes, trop chères ou trop légères. Ici les propositions nous ont toujours convenu. 

Et puis là où on voit le niveau technique d’une équipe, c’est au niveau des bugs. Pour nous, c’est résolu dans l’heure ou tout au plus, dans la journée. Quelque part la maîtrise est là !