02 855 233 42 contact@oniti.fr

« seconde vie » pour un site internet, interview de l’organisme de fomation CREFI

Bruno Ketterer, directeur du CREFI, partage son expérience avec l’équipe d’ONITI lors de la reprise de son site internet

Le CREFI, installé à Saint Herblain, en périphérie nantaise, est un centre de formation continue destiné aux salariés des personnels de l’enseignement privé.

Son site internet présente l’ensemble de son offre de formation, délivrée à une moyenne de 1300 stagiaires par an : http://www.crefi.fr/

Bruno Ketterer, son directeur, partage son expérience avec l’équipe d’ONITI.

Quel était votre projet lorsque vous avez initié votre collaboration avec ONITI ?

Le site internet du CREFI avait été conçu par une start up nantaise qui rencontrait des difficultés et nous n’avions plus de nouvelles. Nous étions donc dans une situation d’urgence.
Nous avions besoin de récupérer le site existant pour faire en sorte qu’il soit à nouveau pleinement opérationnel, mais aussi en assurer la maintenance et l’amélioration.

Quels étaient les enjeux de ce projet ?

Nous ne pouvions pas nous permettre de ne plus avoir de site, car il présente une offre de 130 formations auprès d’établissements sur toute la France.

Il leur permet d’inscrire leurs salariés et de trouver toutes les informations pratiques nécessaires pour bien préparer les sessions de formation.Il n’y a pas de paiement en ligne donc le risque majeur n’était pas la fraude, mais plutôt la perte de chiffre d’affaires.

De plus, nous n’avions pas les moyens de créer un autre site, il fallait donc que le prestataire soit en mesure de s’adapter à notre outil et à ses conditions techniques.

Comment avez-vous connu ONITI et pourquoi avez-vous choisi de travailler avec cette agence ?

ONITI nous a été recommandée par notre prestataire informatique, KESYS. Nous avions rencontré un autre prestataire, mais la recommandation et surtout, le très bon contact avec l’équipe nous ont donné confiance. Le choix ne se fait pas forcément dans le rationnel. La relation comptait d’autant plus pour nous, alors que nous sortions d’une relation très dégradée avec notre ancien prestataire.

Quelles ont été les étapes de votre collaboration ?

Au départ, nous avons fait une demi-journée d’étude et passé du temps à expliquer la situation et nos besoins à ONITI.

Il ne s’agissait pas d’une conception de site, ce qui aurait été une tâche bien plus facile, mais d’une récupération de site existant. C’est une opération beaucoup plus compliquée que de partir d’une page blanche. Là, nous étions dans la situation d’une voiture en panne. ONITI a ouvert le capot, regardé comment le moteur fonctionnait et a dû s’y adapter. L’équipe a su trouver une logique à une solution bricolée et sur-mesure

 

Le site avait été conçu sous un CMS propriétaire, avec une logique discutable. Le développement n’était pas terminé. Des lignes de codes, parfois peu compréhensibles, avaient été ajoutées à chaque problème rencontré ou à chaque demande de modification effectuée sur le site. C’était une sorte d’usine à gaz. 

 

« Nous avons guidé le CREFI sur les points d’attention et de vigilance et expliqué la criticité de la situation ainsi que les dangers notamment concernant la perte du nom de domaine. Nous les avons accompagnés durant toute la procédure en lien avec le liquidateur. Nous avons réussi à récupérer une copie frontale du site internet, qui permettait de voir le site, tel qu’il était, mais sans le logiciel lui-même. Nous avons ensuite pu, au pied levé, reprendre l’hébergement, réinstaller le site, le remettre en ligne et le sécuriser ».

Julien

Concepteur Développeur , Oniti

Nous avons aujourd’hui un contrat de prestation avec eux et je suis très content, car à chaque fois que je les ai au téléphone, tout se passe très bien. Cette solution fonctionne depuis bientôt 3 ans. Nous souhaitons faire évoluer le site mais le secteur de la formation étant très touché par la crise sanitaire, ce sera sans doute un chantier pour 2022.

« Nous avons repris une technologie confidentielle, très peu utilisée sur le marché, afin de transformer leur outil en un outil fiable et souple. Même si techniquement, l’outil n’est pour nous pas satisfaisant, il fonctionne et nous pouvons apporter des correctifs. À moyen terme, nous allons refondre l’outil, mais cette fois, sans pression de calendrier. Cette solution offre donc du confort à tout le monde, pour aujourd’hui et pour demain. » 

David Bouché,

CEO, Oniti

Pouvez-vous partager votre sentiment sur les relations avec ONITI ainsi que les compétences des collaborateurs ? 

Ils ont été très souples, très réactifs et ont fait l’effort de reprendre le mode de construction d’un site qu’ils n’ont pas conçu, afin de comprendre sa logique pour faire en sorte qu’il continue à fonctionner. Ils nous ont apporté une solution adaptée à l’urgence dans cette situation peu commune. Cela nous a évité de devoir concevoir un autre site à la va-vite, que nous n’avions dans tous les cas, pas les moyens de financer. 

 

Outre ces compétences techniques, ils ont pour moi 3 grandes qualités humaines : la qualité des relations et de l’écoute et un vrai respect des contraintes du client. 

 

Ils nous ont bien conseillé en nous expliquant ce que nous pouvions modifier facilement, mais aussi ce qui était trop coûteux, afin de nous permettre d’avoir un site parfaitement fonctionnel, dans le respect de notre budget et de nos contraintes. Ils n’ont pas essayé de nous proposer quelque chose de démesuré, mais au contraire, quelque chose de réaliste. Ceci est pour moi la vraie définition du conseil. 

 

Ce sont des gens très gentils, avec de belles qualités humaines, mais aussi très réactifs et compétents techniquement.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Comme je vous le disais tout à l’heure, le secteur de la formation a été très impacté par la crise sanitaire. Nous réfléchissons donc à des évolutions, car jusque-là, nous organisions nos sessions principalement en présentiel. Nous envisageons de développer une offre à distance et pour cela, nous souhaiterions créer une plateforme. Nous reviendrons vers ONITI pour cela.