02 855 233 42 contact@oniti.fr

Témoignage : l’étude logicielle, où la rencontre des dev’ avec le métier client

Quentin, directeur commercial SIEMO France témoingne de son expérience vécue avec les équipes Oniti, durant la phase d'étude logicielle.

Premier temps de travail et pas des moindres, l’étude logicielle est l’étape incontournable à la création d’un logiciel métier.

Cadrage des besoins, hiérarchisation des fonctionnalités, planification des étapes de travail, ces questions sont essentielles pour concevoir un outil réellement adapté aux besoins d’une entreprise. Elles sont réalisées lors de la prestation d’étude, une journée dédiée à l’échange et à la découverte qui initie chaque début de collaboration avec ONITI.

Quentin, directeur commercial SIEMO, en a découvert les principes il y a quelques semaines lors d’une séance de travail organisée dans le cadre d’un projet de création d’application web dédiée.

Comment avez-vous connu ONITI ?

J’ai fait une recherche sur Google pour trouver des entreprises qui faisaient du développement de logiciels.

Pourquoi avez-vous choisi ONITI ?

J’avais trouvé plusieurs personnes et j’ai bien aimé le fait qu’il ne s’agisse pas simplement d’un indépendant. Je trouve intéressant le fait qu’il y ait plusieurs personnes et que l’entreprise soit basée à Nantes. Et puis j’ai trouvé leur site internet sympa. 

David BOUCHÉ Dirigeant Oniti

« Lorsque Quentin a appelé, c’est Marc, qui est développeur apprenant chez ONITI, qui a programmé cette prestation d’étude. Nous accordons une importance particulière à ce que chaque membre de l’équipe œuvre dans le quotidien de l’entreprise, salarié à part entière comme apprenants. »

David BOUCHE, fondateur et dirigeant de l’agence Oniti

Quel était votre projet et vos enjeux dans le cadre de cette prestation ?

SIEMO est spécialiste de l’isolation industrielle et de la mise à disposition de moyens d’accès, tels que les échafaudages. 

Nous souhaitons nous doter d’un logiciel métier capable de gérer au quotidien nos activités. Il servira à la préparation et au suivi technique de nos interventions, puis à leur suivi financier. Notre but est d’automatiser les tâches quotidiennes que nous réalisons manuellement et qui prennent du temps, pour que ce soit beaucoup plus rapide.

Comment imaginez-vous sa mise en place ?

Je sais déjà que ça va énormément impacter mon organisation, notamment les utilisateurs qui vont devoir changer leurs habitudes et apprendre à utiliser l’outil. Je l’aborde de manière positive, en me disant que nous allons gagner du temps pour tout un tas de tâches.

La prestation d’étude est un préalable systématique chez ONITI. Qu’en avez-vous pensé au départ ?

Je ne savais pas vraiment en quoi allait consister l’exercice, mais j’étais d’accord à priori pour essayer.

Pouvez-vous expliquer son déroulement ?

Nous nous sommes rencontrés à trois, moi pour SIEMO, David et Marc pour ONITI. 

 

Au départ, j’ai présenté l’entreprise et ce que l’on fait. David et Marc ont cherché à comprendre notre métier et comment l’outil allait pouvoir nous aider dans notre activité.

Après cela, nous sommes entrés dans le vif du sujet avec l’outil : ce que l’on veut faire, pourquoi, ce qu’il est possible ou non de réaliser, etc.

Le fait d’être trois était vraiment bien, car nous avons fait des associations d’idées. Il y a de la complémentarité, nous avons fait un vrai brainstorming ! David m’avait conseillé de venir avec un utilisateur mais j’ai préféré venir seul pour éviter de complexifier les échanges. 

 

Nous avons réfléchi donc ensemble à tout le projet !

Ensuite nous avons travaillé à hiérarchiser puis à prioriser les besoins. Chacun a mis des infos sur un post-it, un peu comme un pêle-mêle, puis nous les avons regroupés par fonctionnalité.

ONITI les a hiérarchisés, en imaginant une version 0 puis les évolutions possibles. C’est très bien car ça fait une offre à tiroir. Nous savons ce que la version 0 permettra de faire puis ce que nous pourrons faire évoluer par la suite et dans quel ordre.

David BOUCHÉ Dirigeant Oniti
« L’objectif de cette prestation d’étude est d’aider notre client à préciser son besoin et de le faire évoluer. Il s’agit vraiment de transmettre une forme de pédagogie sur ce qui est facile ou non et plus et d’aborder le coût. Cette journée nous permet de donner beaucoup de perspectives sur ce qu’est un développement de logiciel et comment l’outil peut répondre à des besoins, mais aussi tout ce qu’il ne fera pas. Nous précisons les besoins et la demande du client tout en l’aidant à parfaire sa visibilité sur comment et par quel côté nous prenons le sujet, comment nous avançons. À l’issue de cette journée, nous produisons une feuille de route que nous remettons au client. »

Marc Deshayes, Concepteur / Développeur

Que pensez-vous de cette méthode ? Qu’en avez-vous retiré ?

J’en suis content et je trouve que le format et la méthode utilisée avec le système de posts-it sont excellents. C’est très bien comme fonctionnement car ça permet la construction de l’offre avec la possibilité de voir ce qui est possible ou pas. 

Nous avons vu pas mal de fonctionnalités ensemble ce qui m’a permis de mettre les choses au clair et de mieux comprendre ce que je voulais : des fonctionnalités techniques et la possibilité d’avoir un suivi financier. Nous avons aussi défini différentes étapes avec différentes dates pour avoir une vraie vision dans le temps et quel résultat on voulait obtenir.

Au départ je voulais un outil sans trop savoir où j’allais et cette journée d’étude m’a permis d’en savoir un peu plus. Alors qu’eux découvraient le projet et qu’ils essayaient de le comprendre, moi aussi, ça m’a permis d’aller plus loin dans ma compréhension et dans ma pensée de ce que je voulais de l’outil.

Au fur et à mesure, ça m’a permis de réfléchir à des choses auxquelles je n’avais pas pensé et de voir ce que l’on pourrait développer. Je suis reparti avec plus de compréhension et de clarté qu’à mon arrivée. 

Que s’est-il passé par la suite ?

Ça a été très vite. J’ai reçu la proposition pour le logiciel 3 ou 4 jours après, avec les temps de développement, les délais de mise en œuvre, ainsi que les données financières. 

Ensuite, j’ai eu besoin de savoir si la communication était techniquement possible entre cet outil et celui qu’utilise mes clients. On a donc ajouté une séance de travail tripartite pour valider tout ça. Comme c’est possible, nous allons maintenant faire le point en interne et décider si nous nous lançons dans le projet.

Évidemment, moi je suis comme mes clients, je prends mon temps pour prendre une décision mais une fois qu’elle est prise, je souhaite que ça aille vite. Si nous réalisons ce projet, j’espère avoir une première version fin 2020 ou début 2021. 

Pouvez-vous partager votre avis sur les relations avec l’équipe ?

Le relationnel est très bien. Ils essaient réellement de comprendre comment l’outil pourra nous aider demain.