02 855 233 42 contact@oniti.fr

Interview Pierre-François ROBIN, évolution de son système d’information

David est le CEO chez Oniti, il possède un savoir-faire de développeur web dû à son parcours professionnel.

Interview système d'informationClicproxy a accompagné la société « Les Enfourneaux » dans le cadre d’une restructuration de son système d’information. Nous avons rencontré Pierre-François ROBIN, Directeur de la Production et de la Qualité de l’entreprise, pour une interview, afin qu’il nous livre sa vision de cette collaboration, initiée il y a maintenant trois mois.

Dorothée SENET : Pouvez-vous nous présenter votre activité, votre structure, comment  fonctionnez-vous ?

Pierre-François ROBIN : Nous sommes producteurs de persil et de betteraves rouges, mais notre activité principale est la production de persil, soit environ 90% de notre chiffre d’affaire.

Notre équipe se compose d’environ 25 unités temps plein. Nous sommes 6 associés. L’entreprise est installée à La Rochelle sur 25 hectares : 15 hectares de persil et 10 hectares de betteraves rouges.

DS : Comment avez-vous connu la société Clicproxy et son gérant et consultant David Bouché ?

PFR : Cela fait quelques années que nous utilisons les outils Google Apps pour notre messagerie interne. Jusque-là, nous utilisions une version gratuite. Aujourd’hui, nous sommes une dizaine de cadres à devoir se transmettre des informations, et la circulation de l’information devient quelque-chose de primordial pour notre activité. Les supports Google et les Smartphones semblaient répondre à nos besoins, c’est pourquoi nous avons souhaité passer à une version pro-entreprise, Google Apps for business. En recherchant une société agréée sur Internet, nous avons découvert Clicproxy.

DS : Avant de travailler avec Clicproxy, de quelle façon travailliez-vous ?

PFR : Avant notre entreprise était complètement déstructurée. Nous achetions nos ordinateurs sur internet, sans réellement savoir dans quoi on investissait puisque nous n’avions personne pour gérer le matériel informatique. Cela nous a parfois porté préjudice, au point que nous nous sommes fait escroquer il y a quelques années.

DS : Quand vous avez rencontré David Bouché de la société Clicproxy, vos besoins et objectifs étaient-ils définis ? Si oui quels étaient-t-ils ?

PFR : Notre objectif tournait autour des outils Google Apps. Cette dernière année la collaboration a bien progressée. Depuis 2 ans, nous étions équipés de Smartphones, nous partagions les agendas. Je trouve que le Drive s’est considérablement amélioré et le Cloud Google commence petit à petit à remplacer nos ordinateurs. Notre système d’information est en pleine mutation. Désormais, je souhaite simplifier l’infrastructure, en la centrant autour des outils Google Apps. Mais nous avons aussi des impératifs liés à nos logiciels métier dont il faut tenir compte.

DS : Vous me parlez de vos logiciels métiers, qu’avez-vous pensé de son approche de votre secteur d’activité face à vos besoins spécifiques ?

PFR : J’ai beaucoup apprécié sa façon de parler du monde informatique. L’informatique, c’est comme une langue étrangère, il faut comprendre un langage propre. David Bouché en parle très bien, quel que soit le niveau de son interlocuteur.

Si je me projette dans 10 ans, j’imagine un fonctionnement centralisé autour de mon Smartphone Android ou sur ordinateur Mac ou Windows. J’aimerais que nous puissions accéder à toutes les informations de n’importe quel endroit, dans les champs, au bureau ou chez moi. Je souhaite accéder aux informations depuis un navigateur et stocker mes données en ligne pour pouvoir me connecter, même pendant mes vacances. Je suis certain que l’avenir est ici. C’est pourquoi je parle d’une profonde restructuration de notre système d’information. J’espère que nos logiciels métier évolueront pour s’adapter à ce type de fonctionnement à l’avenir.

DS : Pouvez-vous m’expliquer comment la société Clicproxy a pu prendre en compte les spécificités liées à votre secteur d’activité ?

PFR : David Bouché a proposé de réaliser un audit. Nous étions clairement suréquipés, nous avions du matériel inutilisé. Nous avons fait des erreurs par manque de connaissance de l’informatique et avons donc investi de l’argent pour rien, car le matériel ne répondait absolument pas à nos besoins. Son approche globale a permis de tout remettre à plat. Nous avons même débarrassé les bureaux des tours et de tous les éléments encombrants qui perturbaient la qualité du travail au quotidien. Tout est miniaturisé désormais. J’utilise un ordinateur Apple à titre personnel, et cela fait bien longtemps que tout est miniaturisé et centralisé. Nous avons fait le vide et avons désormais des outils efficaces. Nous allons vers une simplification.

DS : Comment avez-vous trouvé sa façon de travailler, sa disponibilité, sa réactivité ?

PFR : David est quelqu’un de très organisé. Son organisation est quasi mathématique. Il est à l’opposé de moi dans ce domaine. Il sait trouver les mots pour simplifier son métier et rendre les choses compréhensibles pour des gens qui ne parlent pas ce fameux langage informatique. C’est un très bon vulgarisateur et je trouve cela très bien. C’est une qualité en comparaison avec bon nombre de professionnels, qui sont très bons dans leur métier mais ne sont pas capables d’échanger à ce sujet, et parfois même préfèrent conserver un certain flou en entretenant la difficulté. Personnellement je ne comprends rien à l’informatique. Cette manière de travailler m’inspire confiance et j’ai eu ce sentiment dès le départ. Il a pris le temps d’expliquer tout ce qu’il faisait. C’est important et cela m’a séduit.

Partenaire informatique

DS : En quoi est-ce un plus pour vous de travailler en collaboration avec quelqu’un qui est une source de conseil externe à votre entreprise et qui plus est, spécialisée en gestion de l’information ?

PFR : C’est réellement un plus. Quelques exemples assez simples illustrent l’intérêt de travailler avec un prestataire externe et spécialisé.

Tous les ordinateurs achetés dans le commerce ou en ligne fonctionnent très bien au départ. Petit à petit le parc vieillit, et les performances de ces outils diminuent. Il y a des logiciels préinstallés qui sont inutiles et qui ralentissent le fonctionnement des ordinateurs

David Bouché m’a aussi expliqué qu’un ordinateur était comme une voiture. Il vieillit, et doit être renouvelé. Ce renouvellement doit donc faire partie de la stratégie de l’entreprise, qui doit gérer son parc informatique comme on gère une flotte de véhicules. C’est la première fois que l’on m’explique cela de cette façon et j’ai été convaincu. Sachant cela, il est ensuite facile de mettre en place un système de bonne gestion de nos installations. Il nous faut simplement un interlocuteur capable de nous accompagner dans cette démarche. Nous avons aujourd’hui du matériel qui ne prend pas de place, très puissant, et qui ne fait pas de bruit, et nous en sommes très contents.

Pour les Smartphones, c’est la même chose, puisque chaque constructeur intègre une série de logiciels propres. Nous avons acheté des Nexus, créés par Google et qui intègrent donc parfaitement les applications Google Apps, sans surplus inutiles. Tout cela n’aurait pas été possible sans les compétences et les préconisations de Clicproxy.

DS : En quoi son action vous permet de mieux structurer vos investissements ?

PFR : On en n’est encore qu’au début. Pour l’instant, on a travaillé sur l’audit et sur le parc informatique et les Smartphones. Il va ensuite nous proposer des solutions pour faire évoluer le système d’informations dans son ensemble.

Par exemple, nous utilisons au quotidien des étiquettes pour l’expédition des colis. Il a eu une idée à ce sujet et est déjà en train de développer une application grâce à laquelle on pourra, avec notre Smartphone, imprimer des étiquettes pour nos colis. C’est une chose simple mais qui va éviter des déplacements et des pertes de temps inutiles pour nos collaboratrices à l’administration. Cela reflète exactement notre vision de l’avenir et celle de Clicproxy. On voit plus loin.

Jusque là, son action a permis de désacraliser le système d’information. Il suffit d’expliquer nos problématiques à David et il trouve des solutions. Dans les maisons par exemple, la domotique arrive. On commande tout depuis notre Smartphone ou avec une télécommande. C’est le même principe pour notre entreprise. Le potentiel est inimaginable en terme de nouvelles technologies et nous avons besoin d’une personne compétente dans ce domaine là.

DS : Est-ce que vous notez déjà des changements ? Vous m’avez parlé de votre ordinateur mais dans la façon dont est gérée votre activité au quotidien ? Vous m’avez parlé de l’étiqueteuse, pour l’instant, c’est un projet qui est en cours de mise en place c’est cela ?

PFR : Oui tout cela est en cours. Les perspectives sont intéressantes et on mettra les choses en place petit à petit. Ce qui a déjà été mis en place a déjà conquis mes collaborateurs, malgré la réticence qu’avaient certains au départ. Notre prochaine étape sera de faire une formation en interne afin que toute l’équipe maîtrise et optimise l’utilisation de Gmail, de l’agenda partagé et de Drive. Nous sommes seulement à 1% de ce que l’on pourrait faire avec nos outils.

DS : Et est-ce que vous avez des attentes particulières pour le futur ?

PFR : Pas précisément. Mes attentes concernant ce partenariat est qu’il se poursuive. Il faut que nous continuions à adapter l’outil d’information à notre activité. Nous sommes déjà face à beaucoup de changements dans l’utilisation de nos outils sans même imaginer ce qui pourra être fait ensuite. Pour notre système d’irrigation par exemple, nous avons des capteurs, un système d’information, des réseaux, des échanges d’informations. Je suis certain que dans 5 ans, je pourrai tout contrôler depuis mon téléphone. Si je le souhaite, je pourrai voir quel secteur nous sommes en train d’irriguer, vérifier s’il y a, ou non, un problème quelque-part. Je pourrai contrôler la température de la chambre froide, et me faire signaler tout problème. La technologie est juste là, et nous avons besoin de quelqu’un pour nous la rendre accessible. Clicproxy a les moyens et la connaissance pour la rendre accessible. David Bouché ne bricole pas, il sait faire les choses et nous orienter dans la bonne direction.

DS : Recommanderiez-vous la société Clicproxy ?

Satisfaction client

PFR : Oui, tout à fait. Je la recommanderais à d’autres entreprises. Tout d’abord parce que je trouve dans notre relation de l’écoute, et une réelle volonté de simplifier les choses, de les rendre accessibles et faciles à des petites entreprises comme nous. Même à des plus grosses ! Les gens compétents qui arrivent à bien parler de leur activité, même si celle-ci est complexe, sont assez rares. Il y a des gens compétents qui sont capables d’expliquer à d’autres ce qu’ils font, à des gens qui ne sont pas de ce domaine-là. David Bouché, est quelqu’un de très calé dans son domaine, il est très compétent, et en plus il arrive à bien nous expliquer les choses. Jusque-là, je n’avais jamais rencontré quelqu’un comme lui dans ce secteur.

DS : Merci beaucoup pour votre témoignage et à bientôt !

PFR : A bientôt, avec plaisir !